Accueil
>
Blog Yabe
>
Quand le commerce local fait entendre sa voix

Quand le commerce local fait entendre sa voix

Commerçants

1/7/21

Les pure players, ces sites qui ne proposent que la vente en ligne, ont été les grands vainqueurs de cette crise sanitaire - ils ont connu, depuis le confinement de mars 2020, une croissance à deux, voire trois chiffres. Qu’en est-il des commerces physiques ? Même si beaucoup se sont adaptés en créant sites e-commerce ou en proposant des offres mêlant livraison et click and collect, leur survie reste précaire. C’est dans ce contexte que des groupements de commerçants indépendants élèvent leur voix pour pallier aux injustices. Portrait du collectif ‘Sauvons Nos Commerçants

Qui sont ‘Sauvons Nos Commerçants’ ?

Fin mai 2021, plusieurs fédérations nationales et locales de commerçants se sont regroupées pour créer ‘Sauvons nos commerçants, un collectif qui milite contre les injustices entre commerces physiques et pure players. Ce collectif surgit suite à l’annonce des Amazon Prime Days une semaine avant les soldes d’été en France. Cette action est perçue, par le collectif, comme une volonté, du géant, de couper l’herbe sous le pied des commerçants Français - contraints de débuter cette période de solde qu’une semaine plus tard et permettant ainsi à Amazon de capter un maximum de valeur. 

Pour les commerçants, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Aujourd’hui l’objectif du collectif est de faire entendre la voix des commerçants indépendants et ils ont maximisé leur chance d'enclencher des réformes grâce aux récentes élections régionales en France.

Le collectif "Sauvons nos commerçants", représente plus de 500.000 commerçants et 1 million de salariés.


Logo du collectif ‘Sauvons Nos Commerçants’

Un combat légitime 

Le collectif ‘Sauvons Nos Commerçants’ a demandé une réunion d’urgence à Bercy (ministère de l'Économie et des Finances) à travers une tribune publiée dans le Journal Du Dimanche, « le match truqué d’Amazon », où ils pointent du doigt « le cynisme économique absolu » du géant. De nombreux dépassements, tant sur le plan de la concurrence déloyale que sur l’impact environnemental et social ont été mis en exergue.

En matière de fiscalité, l’un des objectifs du collectif est d’instaurer une équité totale avec les pure players. Le traitement est aujourd’hui clairement inégal : alors que les commerçants physiques sont assujettis à plus de 90 taxes et impôts, un rapport de l’Inspection Générale des Finances a rapporté en 2019 que 98 % des vendeurs ayant recours à la marketplace ne déclarent pas la TVA. La plateforme Amazon, par exemple, paye moins de 100 millions d’euros de TVA alors qu’elle devrait s’acquitter d’1,3 milliard d’euros de TVA.

Alors que les acteurs du e-commerce se présentent comme les premiers partenaires et sauveurs des PME, il n’en est rien : selon les chiffres communiqués par Amazon, sur 210 000 vendeurs actifs, seulement 10 000 sont des PME françaises, soit seulement 4,7 % des acteurs de la plateforme. 


On dirait que certains tentent de se faire passer pour nous 🤡 


Avoir recours à une marketplace comme Amazon, c’est prendre le risque d’être dans une relation de dépendance économique avec le géant. La plateforme peut bloquer notre accès au marché, recourir au déréférencement, imposer une nouvelle politique de prix ou même copier des produits. À titre de rappel, les commissions perçues sur les ventes d’Amazon sont passées de 19 % en moyenne à 30 % en cinq ans.

Vient s’ajouter à tout cela un panel d’impacts négatifs sur l’emploi, lorsqu’on sait que chaque emploi chez Amazon crée, c’est 2 emplois détruits en France*, mais aussi sur l’environnement et la société comme mentionné dans un précédent article sur notre blog


Un vision centrée sur le lien 

Pour le collectif (et aussi pour Yabe) les commerces physiques sont essentiels à la vitalité des territoires et sont un vecteur de dynamisme et de vie dans les villes comme dans les campagnes, qu’il faut absolument protéger des injustices. 

Ils se sont réunis lors du deuxième confinement pour alerter contre les conséquences des mesures sanitaires qui menaçaient la survie des commerçants et renforçaient les pure players. Le collectif a émergé dans ce contexte, en réponse à ces injustices pour défendre une certaine vision du commerce, qui doit se faire dans la justice et l’équité. 

Le collectif défend une vision du commerce sur l’échange, le lien social et le sens du service. Le commerce est avant tout un échange humain et non pas un acte désincarné. Ce n’est pas pour autant que le collectif dénonce la digitalisation du commerce, bien au contraire : conscients des opportunités offertes par la digitalisation du commerce, le collectif est formé de commerçants omnicanaux. 

Yabe, c’est la marketplace qui soutient RÉELLEMENT les commerçants locaux. 🤡 Rejoignez le mouvement 💪







Crédit photo : vice
* Source: CDF et ADERE, 2020


#RejoignezLeMouvement

Téléchargez dès maintenant l'application

Nos derniers articles

Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Ne manquez plus rien de notre actualité !

✅ Merci pour votre support ! 🙏
Oops! Nous avons rencontré un problème avec votre adresse email ...